Une journée dans mon monde.

Je suis plutôt un oiseau de nuit : mon inspiration me vient beaucoup lorsqu’il n’y a pas de lumière et que tout est plus calme, alors mes journées ne commencent pas nécessairement à 8 h le matin. Ceci dit, il m’arrive tout de même parfois de commencer à travailler tôt en début de journée.

Alors voilà, ma journée de travail typique chez PointPub Media commence toujours avec un bon café, suivi d’un petit-déjeuner débordant de protéines. Ensuite, pour allumer ma créativité, qui sommeille parfois dans les tréfonds de mon cerveau encore endormi, je visionne un ou deux tutoriels sur l’animation, ou simplement un petit court-métrage contenant de nombreux effets spéciaux. Les tutoriels m’aident cependant beaucoup plus, car ils m’apprennent de nouvelles façons de travailler, et mes possibilités en sont ainsi largement accrues.

Pour garder une vision claire de ce que je conçois pendant la journée, je m’oblige à prendre des pauses fréquentes afin que mes yeux ne s’habituent pas à ce qu’ils voient à l’écran. La perception est différente après un bon temps d’arrêt, et ces pauses favorisent donc généralement de meilleurs résultats. Elles consistent habituellement à quelques séances d’entraînement chez moi, à jouer une partie de jeu vidéo ou simplement à aller prendre une marche ou à lire un livre.

Après ma journée de travail : souper! Je retrouve ensuite ma copine, mes amis ou ma famille pour un café de fin de soirée ou, mordu comme je le suis de la 3D, je continue à élargir mon champ d’expertise en me perfectionnant davantage.

Normalement, après une journée productive, mon lit est très confortable. Et, si je n’arrive pas à dormir, je vais simplement m’entraîner pour calmer ce qui se trame dans ma tête, car j’ai parfois énormément de difficulté à stopper le flux de mon imagination, surtout la nuit!

Et voilà! Mes journées ressemblent à ça!

Chez PointPub Media Communications, le Jour de la Terre, c’est tous les jours!.

En tant qu’entreprise, nous nous faisons un devoir d’être écologiques et de réduire le plus possible notre impact sur l’environnement… et pas seulement une journée par année!

Que ce soit en émettant toutes nos factures par courriel ou en archivant numériquement tous nos documents, nous veillons consciencieusement chaque jour à ne pas gaspiller de papier et ainsi contribuer à préserver notre belle planète.

Une autre excellente façon de réduire notre empreinte écologique consiste à nous départir de notre matériel informatique et technologique de façon responsable. Depuis une dizaine d’années déjà, PointPub Media donne en effet tout son matériel désuet à Info Liquidation Recycle, une entreprise spécialisée dans le recyclage des déchets électroniques.

Ordinateurs de bureau, portables, tablettes électroniques, imprimantes, numériseurs, télécopieurs, téléphones mobiles et conventionnels, claviers, souris, câbles, connecteurs, chargeurs, etc. : nous faisons en sorte que toutes ces composantes et les matières dangereuses telles que le plomb et le mercure qu’elles contiennent ne finissent pas leurs jours dans un site d’enfouissement, à polluer les sols durant des décennies.

En ce 22 avril, Jour de la Terre, PointPub Media vous invite à poser, vous aussi, un geste vert dans votre quotidien. Lequel sera-t-il?

Héritage virtuel : léguez toutes vos données grâce à Google.

Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il adviendrait de vos données numériques après votre mort? Aimeriez-vous qu’elles soient supprimées, ou souhaiteriez-vous plutôt qu’elles soient conservées et confiées à des proches?

Après Facebook et son système permettant de déclarer le décès d’un utilisateur, au tour du géant Google de se pencher sur cette question préoccupante… et d’y répondre avec  son nouveau gestionnaire de compte inactif.

En effet, Google offre désormais la possibilité d’enregistrer ou de supprimer les données d’un compte demeuré inactif durant une période préalablement définie. Ainsi, vous pouvez maintenant définir une période d’inactivité (de trois mois, à un an) pour chacun des comptes Google auxquels vous êtes abonné, qu’il s’agisse de votre compte Gmail, Picasa, YouTube ou encore Google+.

Une fois cette période d’inactivité dépassée, Google vous envoie un SMS et un message courriel afin que vos comptes ne soient pas détruits par erreur : si vous n’y donnez pas suite, vous serez considéré par conséquent comme étant bel et bien mort, et Google se chargera, selon votre volonté, de supprimer vos comptes et vos données, ou encore de les transmettre aux personnes que vous aurez, elles aussi, préalablement choisies.

Photos, courriels, documents, blogue… en faisant part à Google de vos dernières volontés, vous évitez que tout ce « patrimoine » numérique ne finisse par s’éteindre de lui-même dans les tréfonds du Web après votre mort. Plutôt rassurant, non?

Pour configurer votre gestionnaire de compte inactif, c’est par ici.

Une journée dans la vie de notre réviseure-rédactrice et responsable des relations clients.

Difficile pour l’auteure de ces lignes de vous décrire à quoi correspond une journée de travail typique, car une chose est sûre : en tant que réviseure-rédactrice et responsable des relations clients chez PointPub Media, les jours se suivent, mais ne se ressemblent pas!

Les deux postes que j’occupe à l’agence impliquent plusieurs tâches, dont celle de rédiger toutes les communications écrites et les contenus Web que nous diffusons sur différentes plateformes, incluant notre blogue… j’ai donc eu le plaisir de rédiger cet article!

Comme j’ai la chance de travailler pour une agence qui encourage le télétravail, une journée typique chez PointPub commence dès que mes deux fillettes sont bien installées dans l’autobus qui les mènera à l’école. J’évite le trafic avec un sentiment de bonheur inouï, et mon café coule pendant que je me dirige vers mon bureau pour y retrouver mon portable, mon fidèle ami :  ça y est, la journée est lancée.

En tant que rédactrice, j’ai pour mission d’alimenter le blogue de l’agence, et ce, aussi souvent que faire se peut. Rédiger, c’est bien… mais être lu, c’est encore mieux! Pour offrir du contenu pertinent à nos lecteurs, je dois donc toujours demeurer à l’affût de sujets intéressants en lien avec notre domaine.

Ainsi, après avoir répondu à mes courriels et, s’il y a lieu, à mes messages téléphoniques par l’entremise de notre système de téléphonie IP, ma première tâche consiste à surfer sur le Net afin de m’informer des dernières actualités entourant le Web et les communications… est-ce que je vous ai déjà dit à quel point j’aime mon travail?

Un signal sonore familier m’indique que mon café tant attendu est enfin prêt, et je m’accroche inévitablement les pieds quelques minutes sur la planète Facebook en sirotant quelques bénéfiques gorgées. Mais, grâce à PointPub, j’ai la raison parfaite de ne pas me sentir coupable de faire plusieurs sauts par jour sur le fameux réseau, dont je vous avoue être particulièrement accroc.

En effet, en tant que rédactrice, je suis également amenée à alimenter les réseaux sociaux de l’agence ainsi que ceux de certains de nos clients. C’est donc habituellement moi que vous pouvez lire lorsque vous vous rendez sur notre page Facebook : enchantée!

Une fois cette première vue d’ensemble effectuée, et le plan de match de ma journée bien établi, un deuxième café s’impose habituellement (deux crèmes, sans sucre, pour les intéressés). C’est aussi en milieu d’avant-midi que Sébastien et moi échangeons normalement nos premières bribes via le système de messagerie instantanée de PointPub Media, auquel je demeure d’ailleurs connectée toute la journée et qui me permet d’être en lien direct avec les autres membres.

On discute des projets en cours, de ceux à venir, du contenu à produire pour le site Web de PointPub, des clients à contacter, etc. C’est d’ailleurs lors d’un de ces meetings virtuels que Sébastien m’a soumis l’idée de rédiger une série de billets qui décriraient un peu ce que représente une journée de travail pour chacun des membres de l’équipe… et dont je fais l’objet aujourd’hui!

Suite à cet échange avec Sébastien, je dois valider si mon plan de match tient toujours la route ou si je dois plutôt réajuster le tir en fonction de nouvelles priorités.

Comme j’occupe aussi le poste de responsable des relations clients, je sers d’intermédiaire entre les clients et l’équipe, tout en m’occupant de la gestion des projets en cours chez nous. Avant de continuer, je veille donc à ce que tout se passe bien pour les clients et à ce que tout le monde dispose du matériel nécessaire à faire avancer les projets.

Vérifications faites, soit j’alimente notre page Facebook, soit je me dévoue corps et âme à produire ou à finaliser un billet destiné à paraître sur notre blogue, que  je publie ensuite moi-même sur le site de PointPub grâce à notre plateforme de gestion de contenu, l’Artisto.

C’est habituellement à ce moment que mon estomac sonne le coup de midi et me signifie qu’il est grand temps d’avaler une bouchée, ce que je fais plus souvent qu’autrement sur le coin de mon bureau, en m’assurant que ma publication ne contient aucune coquille, parce que j’oubliais : je suis aussi réviseure linguistique.

Pendant ce temps, d’autres courriels ont fait irruption dans ma boîte… je reprends donc à l’étape 1 de ma journée, soit celle où je réponds aux personnes concernées et où je planifie les nouveaux dossiers. Et c’est reparti! Jusqu’à ce que le bruit de l’autobus scolaire m’annonce que ma journée chez PointPub tire à sa fin.

Cependant, en workaholic finie que je suis, je résiste très rarement à l’envie de reprendre le chemin du boulot une fois les enfants au lit. C’est ainsi qu’en fin de soirée, bien calée dans mon divan aux côtés de chéri, j’ouvre mon portable et je reviens du bout des doigts chez PointPub Media…

Pssssit! Entre deux courriels et quelques rédactions, j’ai aussi le mandat de mettre un peu de couleur et de vie dans les textes de notre site Web. Vous pourrez d’ailleurs dès demain voir le résultat de l’évolution de notre nouvelle page Équipe!

Nouveauté à venir du côté de LinkedIn : les mentions.

C’est le 4 avril dernier, via son blogue, que LinkedIn a annoncé que le réseau avait commencé à tester la fonctionnalité d’affichage de mentions parmi quelques utilisateurs de comptes anglophones.

En effet, tout comme sur Facebook, Twitter ou encore Google+, il semblerait que les membres de LinkedIn auront bientôt la possibilité de mentionner des contacts ou des entreprises dans les mises à jour de leurs statuts.

Cette nouvelle option, pour l’instant proposée à un nombre très restreint d’usagers, fonctionnera tel que sur Facebook : les mentions apparaîtront tout simplement en tant que liens vers les profils concernés, puis une notification sera automatiquement envoyée à chaque membre du réseau mentionné dans une publication.

Cependant, contrairement à Facebook ou encore à Twitter nul besoin de faire précéder d’un caractère particulier le nom du contact que vous souhaitez mentionner. Pour mentionner un utilisateur, vous n’aurez qu’à commencer à taper son nom pour qu’apparaisse un menu déroulant dans lequel vous pourrez ensuite sélectionner le contact en  question parmi ceux qui vous seront suggérés.

Avec les mentions, LinkedIn dit vouloir aider les membres de sa plateforme à s’engager davantage et de manière plus significative au sein de leurs réseaux professionnels. Notons toutefois qu’il faudra sans doute attendre encore quelques semaines, voire quelques mois, avant que cette fonctionnalité soit accessible à tous les membres du réseau, qui, rappelons-le, n’en est qu’au stade de test.

Comment voyez-vous l’arrivée des mentions sur LinkedIn? Allez-vous utiliser cette nouvelle fonctionnalité?

Nos serveurs mieux armés contre les pourriels grâce à notre nouvelle solution.

Un petit mot pour vous mentionner que nous avons tout récemment changé notre solution anti-spam : gare à vous, courriels indésirables!

Bien que déjà minime, la quantité de pourriels qui parvenaient à s’infiltrer dans nos serveurs devrait diminuer encore plus avec cette solution ultra performante, que nous avons installée et activée vendredi soir dernier.

Détails à venir dans un prochain billet!

PointPub Media : une entreprise ultra écologique!.

Planter des arbres, c’est bien… mais en sauver, c’est encore mieux!

Couper des arbres pour en faire du papier destiné à l’impression de documents qu’on pourrait aisément envoyer par Internet, c’est selon nous un gaspillage inacceptable.

En tant qu’entreprise, nous croyons qu’il est primordial de prêcher par l’exemple. C’est pourquoi nous nous efforçons chaque jour d’adopter de bonnes pratiques environnementales, tout d’abord en n’imprimant aucun document sur papier. Factures, contrats, devis, etc. : absolument tout est acheminé par courrier électronique!

Il en va de même pour ce qui touche à nos stratégies de marketing. De plus en plus d’entreprises prennent l’initiative d’utiliser du papier recyclé pour diffuser leur message, ce qui est très louable en soi… mais en faisant appel à des méthodes de marketing traditionnelles telles que les campagnes par courrier, les brochures ou les annuaires, il n’en demeure pas moins que ces messages finissent inévitablement au bac de recyclage, voire, pire, carrément à la poubelle. Nous privilégions donc le marketing en ligne, une alternative beaucoup plus verte qui comporte également de nombreux avantages.

Que ce soit par l’entremise de sites Web, de réseaux sociaux, ou encore de campagnes d’infolettres, non seulement le marketing en ligne est-il beaucoup plus bénéfique pour l’environnement, mais il offre de nos jours une visibilité nettement supérieure aux méthodes de marketing dites traditionnelles, tout en permettant d’offrir un bien meilleur service à la clientèle…  et c’est sans parler des économies de temps et d’argent!

Une autre solution écologique que nous avons adoptée est l’archivage numérique. Chez PointPub, nous avons pris l’habitude de numériser tous nos documents afin de les archiver, ce qui nous permet de les organiser, de les réutiliser ou de les partager au sein de l’équipe, et ce, encore une fois sans avoir recours à l’impression de papier. Une solution écologique qui s’avère fort pratique!

Et vous, adoptez-vous certaines pratiques visant à économiser du papier et, donc, à ne pas sacrifier d’arbres inutilement? Partagez-les avec nous!

Une journée dans la vie de notre président et conseiller médias .

Facile, la vie de dirigeant de PointPub Media Communications? À vous d’en juger!

S’inscrivant dans une série de billets destinés à vous faire découvrir qui se cache derrière l’équipe de PointPub Media, cet article vous propose aujourd’hui une petite incursion dans le quotidien de nul autre que notre président et conseiller médias, Sébastien Roy!

Voici donc  un bref aperçu de ce à quoi peut ressembler une journée de travail typique pour ce travailleur acharné, aussi papa de quatre (!!) enfants…

Le  mot « décrocher » ne fait visiblement pas partie du vocabulaire de Sébastien, qui, sept jours sur sept, avant même de sortir du lit, parcourt religieusement ses courriels afin de vérifier si l’ensemble des infrastructures de l’agence ainsi que celles dont nous sommes responsables roulent comme sur des roulettes. Il s’assure ainsi d’intervenir sur le champ au cas où un pépin technique serait survenu durant la nuit… car, bien que cela puisse sembler improbable, ça lui arrive aussi de dormir!

Si Sébastien peut se permettre de fermer l’œil, c’est sans doute parce qu’il a bonne conscience… mais c’est aussi en partie grâce au système de surveillance 24 /24 que nous avons mis en place et qui nous avertit en temps réel, via courriel et par alerte auditive, en cas de problème de force majeure : il peut donc dormir sur ses deux oreilles tout en restant à l’affût d’une éventuelle « catastrophe »!

Une fois cette vue d’ensemble matinale effectuée et, s’il y a lieu, les petits problèmes, résolus, Sébastien se prépare ensuite à prendre la route afin d’aller rencontrer différents clients. Comme sa tâche, avant tout technique, consiste principalement à s’occuper de nombreux sites Web, le patron de PointPub Media est rarement à son bureau en tant que tel.

Sébastien veille cependant à demeurer connecté toute la journée (et même, souvent, la soirée!) à notre système de messagerie instantanée. Il reste ainsi toujours en contact avec les membres de l’équipe… et nul besoin de vous dire que son téléphone intelligent et son portable ne le quittent jamais, ce qui fait en sorte qu’il répond presque automatiquement au nombre incalculable de courriels qu’il reçoit dans une journée.

En plus de s’assurer quotidiennement que chacun des projets en cours chez PointPub aille bon train, notre infatigable conseiller médias trouve également le temps de faire ici et là un peu de développement Web. C’est d’ailleurs lui qui s’est chargé de la programmation complète de notre site Internet!

Tout cela sans compter le temps qu’il investit dans notre système de gestion de contenu, le fameux Artisto, qu’il cherche sans cesse à faire évoluer, que ce soit en corrigeant de légers bogues ou encore en y ajoutant de nouvelles fonctions susceptibles de le rendre encore plus convivial pour nos clients.

Finalement, une soirée en tant que président et conseiller médias de PointPub Media Communications, c’est évidemment recevoir encore une fois une panoplie de courriels en provenance de différents systèmes, d’intervenir immédiatement en cas de besoin, et de se garder un peu de lecture pour le lendemain matin, avant même de sortir du lit…

De tout repos, quoi!

Des bannières publicitaires en 3D pour l’entreprise Bio-Actif.

Nous avons récemment proposé à Bio-Actif, une entreprise québécoise spécialisée dans les produits de santé d’origine naturelle dont nous hébergeons le site Web, d’insuffler un peu de vie à leurs bannières publicitaires.

Réalisées en format Flash et de façon « PowerPoint », les bannières de Bio-Actif méritaient à notre avis d’être plus vivantes et beaucoup plus dynamiques. Très ouverte à nos suggestions, l’entreprise a ainsi accepté de faire appel à nos services pour la refonte complète de leurs bannières.

Notre concepteur 3D, à qui l’on doit d’ailleurs l’animation de l’arrière-plan de notre propre site Web, travaille donc actuellement à refaire ces bannières publicitaires en animation 3D, rien de moins… et nous avons très hâte de vous présenter le résultat!

D’ici là, vous pouvez toujours vous rendre sur le site Internet de Bio-Actif afin de prendre connaissance  de leurs dernières offres promotionnelles.

Pssssit! Les bannières publicitaires sont un moyen privilégié d’assurer la promotion des produits et services que propose votre site Web… envie d’en savoir davantage à ce sujet? N’hésitez pas à nous contacter!

Conception 3D : un problème de rendu.

Eh bien d’abord, qu’est-ce qu’un rendu? Un rendu 3D est le résultat de nombreux calculs mathématiques basés sur la physique de notre monde (gravité,luminosité, réflexions, réfractions) et qui permet de synthétiser une image en trois dimensions (profondeur, largeur, hauteur) à l’aide d’un ordinateur.

Ainsi, pour ceux qui pensent qu’un film, une publicité ou tout autre divertissement visuel n’est pas des très complexe à produire, vous avez tort : le rendu est un art en soi.

En effet, le rendu est un art en lui-même, car plusieurs années de travail peuvent s’avérer nécessaires afin d’en devenir un vrai professionnel, surtout si l’on est dans l’apprentissage autodidacte. Bien sûr, n’importe qui qui connaît un peu le montage vidéo ou la conception 3D est capable d’en réaliser un. L’astuce est cependant de savoir comment concevoir un rendu rapidement et efficacement sans trop perdre de temps et que le résultat en vaille la peine.

Évidemment, pour ceux qui travaillent à la maison avec un ou deux ordinateurs, comme les pigistes, par exemple, prendront beaucoup plus de temps à produire une image synthèse comparativement aux compagnies de jeux vidéo ou aux studios d’animation, qui ont leur propre système de rendu.

En effet, ces entreprises on un avantage énorme sur le particulier. Leur « système de rendu » est en fait une ferme de rendu, ou Render Farm en anglais. Ce système a pour but une seule fonction, qui est, vous l’aurez deviné, de rendre une image ou un film.

Normalement, une ferme de rendu a une puissance grandement exponentielle par rapport à un simple ordinateur de bureau. Cette puissance permet un rendu super rapide avec une qualité sans pareil. Bien sûr, cette technologie a son prix. L’équipement qui confère le fonctionnement adéquat aux résultats désirés, de qualité du grand écran, coûte plusieurs milliers de dollars à faire rouler. Avec la superficie que demandent toutes ces machines, sans oublier la demande électrique qui en découle, en passant par le système de refroidissement et l’entretien, la ferme de rendu nécessite beaucoup plus d’attention que le simple ordinateur de maison que le pigiste a en sa possession, aussi puissant soit-il.

Alors, si vous faites affaire avec un particulier, il faudrait peut-être comprendre d’où il part et avec quoi. Par exemple, si vous êtes un client et que vous avez donné un contrat à un particulier, et que ce contrat consiste en une seule image, il y a de très, très fortes chances qu’il vous soit remis plus rapidement que s’il s’agissait d’un film ou d’une publicité.

Normalement, ce qu’on appelle le fps (frame per second) d’un film se situe à 23,976 images à la seconde, donc à 24 images/seconde.  Alors, si par exemple votre publicité est de deux minutes, votre requête comprendra 2880 images. Votre rendu peut nécessiter seulement un frame par seconde, ce qui est relativement court comme attente… mais une seule image peut prendre une minute, cinq minutes ou même des heures à concevoir!

Alors, vous voyez maintenant pourquoi la ferme de rendu dont disposent certaines entreprises est vraiment plus effective pour des productions cinématographiques de plusieurs heures.

Sauf qu’il faut noter qu’il y a plusieurs variables à considérer pour parvenir à
ces fins. C’est là que ça se corse. L’art du rendu prend place ici.

Le format vidéo, la complexité de la scène, surtout si elle est construite en trois dimensions, joueront un grand rôle sur le temps de rendu : plus il y a de calculs à exécuter pour l’ordinateur, plus l’image sera longue à synthétiser.

Il s’agit donc de faire des tests ou de simplement prendre des cours pour en connaître les racoins et développer sa propre façon de fonctionner. Mais, par expérience, l’apprentissage en groupe est beaucoup plus enrichissant que l’apprentissage autodidacte.

En partageant l’expérience de professionnels autour de nous, nous pouvons rassembler nos idées et ainsi augmenter la productivité par le savoir de l’autre et créer beaucoup plus rapidement et efficacement… et éviter de nombreux maux de tête, qu’ils soient techniques ou mécaniques!

LinkedIn : développez efficacement votre réseau.

Vous avez lu notre billet qui vous proposait des astuces vous permettant d’optimiser votre visibilité grâce à votre profil LinkedIn? Vous avez mis en pratique nos conseils et vous avez maintenant un profil digne de ce nom? Il est temps de passer aux choses sérieuses et de travailler à développer votre réseau!

Quel que soit l’objectif qui motive votre présence sur le plus important des réseaux sociaux professionnels, entrer en contact avec des personnes qualifiées afin de vous tisser un réseau et de le développer, voilà ce à quoi une utilisation optimale de LinkedIn devrait correspondre.

Voici donc quelques conseils de base qui vous aideront à y parvenir.

Liez-vous

Pour les néophytes, il importe d’abord savoir que LinkedIn compte trois niveaux de connexion : le premier niveau constitue vos propres connexions, le deuxième niveau comprend les connexions de vos connexions, et le troisième, les contacts de vos connexions de deuxième niveau.

Pour tirer tout le potentiel de ce puissant outil de réseautage qu’est LinkedIn, il est essentiel de prendre le temps de bien bâtir votre premier niveau de connexion. C’est le premier niveau de connexion qui vous permettra de vous lier à des contacts de deuxième, puis de troisième niveau. Il s’agit de la base à partir de laquelle vous pourrez ensuite ériger et étendre votre réseau; elle se doit donc d’être solide.

Recherchez d’abord des contacts parmi les gens que vous connaissez déjà en dehors de LinkedIn : collègues, qu’ils soient anciens ou actuels, ex-camarades de classe, collaborateurs, fournisseurs, clients… plus vous établirez de connexions, plus vaste pourra être votre réseau. LinkedIn vous permet entre autres d’importer vos contacts depuis vos différents comptes de messagerie électronique, une option qui pourrait vous éviter des oublis et vous faire épargner du temps.

La rubrique Les Connaissez-Vous?, affichée en haut, à droite, est également à prendre en considération, car elle identifie pour vous les membres actuellement sur LinkedIn que vous pourriez connaître, vous permettant ainsi encore une fois d’élargir votre réseau.

Chaque nouvelle connexion apporte son lot de nouvelles occasions d’affaires. Gardez donc dès maintenant en tête que chaque nouvelle rencontre, aussi futile puisse-t-elle vous paraître, est susceptible de vous amener à un niveau près d’une personne avec qui vous pourriez souhaiter connecter. Grâce à LinkedIn, ce ne sont pas seulement deux personnes qui se rencontrent, mais bien deux réseaux : les possibilités d’affaires en sont ainsi multipliées!

L’une des raisons d’être de ce réseau social étant également l’entraide, si le profil d’un utilisateur avec qui vous aimeriez établir un lien apparaît dans le carnet de contacts de l’une de vos relations professionnelles, n’hésitez surtout pas et demandez à votre connexion de vous mettre en relation!

Un autre petit truc intéressant pour maximiser vos contacts est de regarder régulièrement les utilisateurs qui sont venus voir votre profil. Peut-être recherchent-ils quelque chose que vous pourriez leur offrir et vice-versa?

Rejoignez des groupes

En plus d’augmenter votre visibilité et de vous permettre de prendre le pouls de l’actualité dans vos domaines de prédilection, les groupes LinkedIn présentent de nombreux avantages, dont celui de vous mettre en contact direct avec des gens que vous ne connaissez pas nécessairement, mais qui partagent vos centres d’intérêt : une façon simple, mais très efficace d’élargir votre réseau professionnel!

D’autant plus que lorsque vous adhérez à un groupe, vous avez accès au carnet de contacts de ce groupe, ce qui s’avère un bon moyen d’augmenter vos chances d’établir des liens avec des contacts pertinents pour vous ou votre entreprise.

Faire partie d’un groupe est bien… mais y participer est encore mieux. Vous avez rédigé ou lu un article sur le Web en lien avec la thématique d’un groupe dont vous êtes membre? Partagez-le! N’hésitez pas, non plus, à interagir avec les autres membres : donnez votre avis, posez des questions, participez aux discussions, etc. En plus d’échanger avec d’autres professionnels de votre secteur, vous y gagnerez en visibilité et en crédibilité. Une bonne intervention sur un groupe peut susciter l’intérêt d’un autre membre du groupe et vous permettre d’entrer en contact avec lui!

Interagissez

Pour maintenir votre réseau en vie et lui apporter de la valeur, vous devez nécessairement prendre le temps de l’animer. Partagez régulièrement de l’information et du contenu de qualité, publiez sans hésiter des commentaires pertinents sur les statuts de vos contacts, lancez des questions intéressantes ou encore des sondages grâce à la fonction Polls… bref, ne faites pas l’erreur de rester passif : soyez actif!

La fonctionnalité de LinkedIn vous permettant de recommander des gens qui composent votre réseau est une autre façon intéressante d’interagir et d’augmenter votre visibilité. Pour donner plus de poids à votre profil et faire valoir vos qualités professionnelles, vous pouvez également demander des recommandations auprès de vos contacts.

Voilà! En espérant que ce billet aura su vous être utile!

Toujours dans le cadre de cette série d’articles portant sur LinkedIn et son incroyable potentiel, nous nous attarderons prochainement aux pages LinkedIn pour entreprises. Restez donc à l’affût pour plus de conseils sur comment utiliser judicieusement ce puissant outil dans une stratégie visant à accroître votre visibilité!

Facebook revoit sa politique sur les photos de couverture : une bonne nouvelle pour les entreprises!.

C’est en mars de l’année dernière que la nouvelle Timeline, ou profil journal, de Facebook était enfin proposée aux Pages entreprises.

Cependant, à ce profil journal se sont dès lors greffées bon nombre de règles auxquelles les entreprises ont été contraintes de se plier depuis, dont celles touchant à la fameuse photo de couverture.

La politique de Facebook était très stricte à ce sujet : par exemple, en aucun cas, une bannière Facebook ne devait faire mention de prix ou d’informations telles que « 50 % de rabais » ou encore « Téléchargez-le sur notre site Web », ni d’informations de contact, que ce soit un site Internet, un courriel ou un numéro de téléphone, etc.

Toutefois, bon nombre d’entreprises ne manqueront pas de se réjouir, car Facebook vient de nous apprendre que le réseau a entièrement revu sa politique à l’égard des photos de couverture… et que ces règles sont désormais révolues!

Oui, oui! Vous avez bien lu! Votre image de couverture, bien qu’elle ne puisse toujours pas contenir plus de 20 % de texte, pourra dorénavant inclure :

    • Les prix de vos produits et services, des offres de rabais, des mentions comme « Téléchargez-le ici! »
    • Toute information de contact (site Web, téléphone, courriel, adresse postale)
    • Des appels à l’action (« Obtenez-la maintenant! », « Dites-le à vos amis! »)
    • Des références aux fonctionnalités de Facebook, telles que « Aimez » ou « Partagez ».

Cette mise à jour tombe pile avec l’annonce de l’arrivée imminente du nouveau fil d’actualité de Facebook, où les images et les photos occuperont une place prépondérante, et seront ainsi davantage mises en valeur.

Il est donc temps d’adapter vos photos de couverture Facebook et d’augmenter votre visibilité en profitant de cette nouvelle façon de promouvoir vos produits et services!   

Besoin d’un coup de pouce pour le visuel de vos bannières? Contactez-nous : nos talentueux infographistes se feront un plaisir de s’en charger pour vous!

 

Quelques trucs pratiques pour optimiser vos recherches sur Google.

C’est un fait : pratiquement tout le monde utilise de nos jours Google en tant que moteur de recherche… mais saviez-vous qu’il existe certaines astuces permettant de cibler davantage vos recherches, les rendant ainsi beaucoup plus rapides?

Quelles soient simples ou complexes, voici quelques trucs de base qui vous feront économiser un temps fou lors de vos recherches et qui vous aideront à vous servir de Google à sa juste valeur!

Utilisez des mots-clés

Les mots-clés sont la première chose à considérer quand vient le temps de lancer une recherche sur Google. Cependant, la pertinence des résultats dépend bien entendu de la qualité des mots choisis. Des mots-clés efficaces, en plus d’être exempts de fautes d’orthographe, doivent être des mots ou de courtes expressions liés au thème ou au contenu des pages recherchées. Plus vos mots-clés seront efficaces, plus les pages mises de l’avant par Google seront appropriées à votre recherche. À titre d’exemple, en tapant le mot « ordinateur », vous n’obtiendrez pas les mêmes résultats que si vous aviez tapé « PC ».

Servez-vous des guillemets

Lorsque vous recherchez une expression bien précise, l’utilisation des guillemets s’avère un truc indispensable. En effet, si vous cherchez par exemple « agence Web », Google tiendra compte non seulement de tous les mots saisis, mais aussi de leur ordre. Ainsi, si vous tapez la même requête sans les guillemets, vous serez submergé de résultats où apparaissent soit le mot « agence », soit le mot « Web », sans pour autant qu’il y ait de lien entre les deux termes.

Ajoutez des contraintes à vos recherches avec les symboles « + » et « – » 

Vous recherchez par exemple des documents sur les pesticides qui ne concernent que les fameux vers blancs? Indiquez-le à Google en tapant « pesticides +vers blancs ». Si, au contraire, vous recherchez un thème bien particulier mais que vous souhaitez exclure une certaine donnée, vous pouvez affiner votre recherche en utilisant le signe « – ». Notez que ces symboles doivent être collés devant le terme que vous souhaitez inclure ou exclure.

Utilisez les astérisques

Bien que Google ne prenne pas en charge les caractères spéciaux lors des recherches, sachez qu’il tient cependant compte de l’astérisque (*), qui sert à remplacer un ou plusieurs mots manquants dans une expression recherchée. Une solution très pratique si vous êtes aux prises avec un trou de mémoire!

Recherchez des synonymes grâce au symbole tilde

Le symbole tilde (~) collé devant le terme de votre choix autorise Google à afficher des résultats contenant non seulement ce mot, mais aussi ses synonymes et ses termes apparentés… ce qui peut s’avérer fort utile. Sachez cependant que l’emplacement du symbole ~ diffère selon les claviers.

Effectuez une recherche sur un site en particulier 

Pour restreindre une recherche à un site en particulier, il suffit de faire précéder votre recherche de la mention site :www.nomdusite.com. Ainsi, si vous recherchez des informations sur notre plateforme Artisto, vous pouvez saisir site :www.pointpubmedia.com/plateformeartisto, et le tour sera joué!

En terminant, deux derniers trucs qui vous feront peut-être épargner du temps :

Calculatrice

Saviez-vous qu’il est possible de taper des opérations mathématiques directement dans la barre de recherche? Le résultat y figurera instantanément!

Définitions

Vous cherchez la définition d’un mot ou d’une expression? En faisant précéder votre requête de define :, Google vous sortira instantanément toutes les définitions de ce mot ou de cette expression qui ont été publiées sur le Web… génial, non?

Nous nous sommes aujourd’hui limités à huit petites astuces, mais sachez qu’il en existe des dizaines d’autres! Vous en utilisez certaines que nous n’avons pas mentionnées dans ce billet? N’hésitez pas à nous en faire part dans vos commentaires!

Un site Web professionnel pour Solutions2XL.

Un site Web informatif destiné à présenter ses services de consultation, voilà de quoi nous a mandatés Solutions2XL, une entreprise d’experts en conseil œuvrant dans le domaine des biotechnologies.

Les divers champs d’expertise de l’entreprise, basée à Saint-Jérôme, touchent de près la santé humaine et s’intéressent ainsi à des secteurs tels que l’industrie des produits naturels, des produits pharmaceutiques, des produits alimentaires et même celle des produits cosmétiques.

Solutions 2XL offre des services de consultation en assurance qualité et en affaires réglementaires s’adressant aux entreprises qui, que ce soit pour la mise en marché, la conformité ou encore la production de leurs produits, sont contraintes de se plier aux exigences toujours plus restrictives de ces domaines d’activité.

Lorsque la Présidente, Madame Sylvie Raymond, a contacté PointPub Media Communications pour ce projet, les mots d’ordre concernant le design du site Internet ont rapidement été identifiés : sérieux, dynamique et, surtout, professionnel.

Au moment où nous écrivons ces lignes, la maquette est à quelques modifications près d’être approuvée… et le site devrait donc voir le jour au début d’avril!

Le scanner 3D bientôt dans nos foyers?.

L’entreprise américaine MakerBot a profité du festival South by Southwest (SXSW), qui se tient actuellement à Austin, au Texas, et qui réunit de nombreux talents du monde du Web et des nouvelles technologies, pour nous dévoiler son prototype de scanner 3D, baptisé le 3D Digitizer.

Si l’on en croit MakerBot, ce scanner 3D pourrait d’ici quelques années se frayer une place de choix dans nos foyers et ainsi rendre accessible à tous l’impression d’objets en 3D, puisque l’appareil ne requiert aucune connaissance particulière. Quelque chose se brise dans la maison? Allez hop! On synthétise et on imprime ensuite l’objet de ses désirs en quelques étapes faciles, et ce, en moins de trois minutes… c’est la réalité qui dépasse la fiction!

« Un jour, chaque entreprise, chaque école, chaque maison auront leur imprimante 3D. Au lieu d’acheter les objets qu’ils désirent, les gens les fabriqueront eux-mêmes », a soutenu Bre Pettis, patron de MakerBot, lors de la conférence.

Bien qu’elle puisse sembler farfelue aux premiers abords, cette nouvelle technologie n’en demeure pas moins intéressante. Particulièrement si l’on considère le fait que les coûts d’expédition sont toujours de plus en plus importants… et qu’il sera bientôt plus coûteux d’importer des objets fabriqués de n’importe quel endroit dans le monde que de le fabriquer soi-même.

MakerBot espère commercialiser son premier modèle et le présenter au grand public à l’automne 2013. D’ici là, vous pouvez consulter le site Internet de l’entreprise pour être tenu au courant de l’évolution du 3D Digitizer, qui fera peut-être partie de notre quotidien dans un avenir pas si lointain, qui sait?

Et vous, que vous empresseriez-vous de reproduire?

Trois trucs pour augmenter la visibilité de votre profil LinkedIn.

Vous êtes entrepreneur et présent sur les réseaux sociaux? Il y a de fortes chances que vous soyez déjà sur LinkedIn. Vite devenu un incontournable depuis sa création, en 2003, LinkedIn est désormais considéré comme le plus grand réseau social professionnel du Web mondial. Toutefois, on estime que plus de 70 % de ses membres ne l’utiliseraient pas à son plein potentiel…

Bien plus qu’un simple CV en ligne, LinkedIn constitue un outil à privilégier, particulièrement si vous êtes entrepreneur, car il permet non seulement de développer des relations professionnelles et de chercher des partenaires d’affaire, mais aussi de faire la promotion de vos produits et services : sachez en tirer parti!

Premier d’une série de billets portant sur LinkedIn et ses multiples possibilités, nous vous proposons dans cet article trois astuces qui vous permettront d’optimiser votre profil afin d’accroître votre visibilité.

Remplissez votre profil à 100 %

Ceci peut sembler bête, mais, pourtant, peu de gens prennent la peine de remplir leur profil LinkedIn à 100 %, manquant ainsi une précieuse occasion de maximiser toute la visibilité que ce réseau a à offrir.

En tant que véritable banque de mots-clés, votre profil constitue votre principal moyen d’optimiser votre référencement, et ce, non seulement dans le réseau lui-même, mais également dans Google. Il est donc indispensable d’y apporter une attention particulière.

Qui dit « référencement » dit aussi « mots-clés ». L’un ne va pas sans l’autre. Vous avez alors tout intérêt à remplir chaque partie de votre profil et d’y insérer un maximum de mots-clés.

Les mots et les expressions qui s’affichent sur votre profil sont très utiles pour les moteurs de recherche. Résumé, compétences, phrase de présentation : plus ces sections seront riches en mots-clés, plus votre référencement sera optimisé. Et pourquoi ne pas en profiter également pour glisser certains noms de vos contacts professionnels dans votre description?

En cherchant vos mots-clés, demandez-vous quelles seraient les expressions que des clients potentiels pourraient taper dans un moteur de recherche pour trouver votre profil LinkedIn. En plus de votre nom, de votre prénom et du nom de votre entreprise, les mots-clés liés à votre secteur d’activité sont des informations importantes. Pensez donc à en incorporer un maximum à vos textes. Mais attention! Vos textes doivent tout de même être clairs et attrayants pour les lecteurs, et donc constituer beaucoup plus qu’une suite incohérente de mots.

(Pssssit! Et, surtout, évitez les fautes d’orthographe!)

Personnalisez votre URL LinkedIn

LinkedIn vous donne la possibilité de créer une URL personnalisée. Sautez donc sur l’occasion de modifier l’adresse qui vous a été assignée par défaut et qui apparaît dans votre profil. Vous pouvez utiliser votre prénom et votre nom, ou encore celui de votre entreprise! En plus d’être plus facile à mémoriser, une adresse du style http://linkedin.com/in/votrenom vous assurera un bien meilleur référencement qu’un URL comme http://www.linkedin.com/profile/view?id=136728047&trk=tab_.

Une autre astuce qui permettra aux moteurs de recherche de LinkedIn et de Google de vous trouver plus facilement!

Personnalisez le nom de vos sites Web

LinkedIn vous offre la possibilité de créer trois liens hypertexte. Vous pouvez ainsi mettre en valeur le site Web de votre entreprise, afficher des liens vers votre blogue, votre portfolio en ligne, votre flux RSS ou encore vers votre page Facebook : une multitude de possibilités!

Ce que peu de gens savent cependant, c’est qu’il est également possible de modifier leurs appellations. LinkedIn vous propose en effet par défaut les noms  « Site Web personnel », « Site Web d’entreprise » et « Blogue »… mais, si vous cliquez sur « Modifier » et que vous sélectionnez « Autre », vous pourrez ensuite composer un titre que vous pourrez, encore une fois, bourrer de mots-clés.

Voilà! Trois astuces fort simples et faciles à appliquer qui sauront accroître votre visibilité!

Restez à l’affût pour plus de trucs sur comment tirer profit de cet indispensable outil qu’est LinkedIn!

Vous avez testez nos conseils? Vous avez des questions? Faites-nous part de vos commentaires!